Musée Kôrè

 

 

Expositions du Musée Kôrè

 


C ’est toute la société traditionnelle qui se dévoile à travers les deux expositions en 2014,
(quatrième et cinquième expositions du Musée Kôrè).



Les Kôrèdugaw : des initiés, symboles d’une philosophie De la vie au Mali






 

La société d’initiation du Kôrè, l’une des grandes confréries universelles à l’aire culturelle mandingue, est en voie de disparition. La philosophie du Kôrèduga, tout comme les relations de cousinage à plaisanterie, est un puissant facteur de paix et de cohésion sociale dans notre pays.

Elle se caractérise par le respect du prochain, l’humilité, la solidarité, la modération, la tempérance et la médiation. Cette société secrète des Kôrèdugaw est inscrite sur la liste du patrimoine immatériel de l’humanité nécessitant une sauvegarde urgente depuis 2011. Ainsi, à travers cette exposition, le Centre Culturel Kôrè souhaitait sortir les Kôrè Dugaw de l’oubli et les valoriser.

 

Les Masques et les marionnettes

 


On dit que les serpents deviennent aveugles un peu avant leur dernière mue. » Toni
Morisson, jazz.


Cette présentation muséale du Centre Culturel Kôrè contredit l’opinion encore largement
répandue selon laquelle les principes esthétiques seraient étrangers à l’art africain. C ’est
toute la société traditionnelle qui se dévoile à travers cette exposition.


Les masques et les marionnettes sont des formes d’expressions privilégiées dans nos sociétés
traditionnelles. Ils nous rappellent les valeurs collectives fondamentales de l’ordre
antérieur du monde. L’exposition « les masques et les marionnettes » est une valorisation
des systèmes de pensées et de l’art africain reposant sur l’expression du sacré et du
profane, une dualité qui conceptualise la vie africaine.

Quand le nord fête… en 2013

 

 

« Quand le nord fête… » etaient la troisième exposition du Musée Kôrè en 2013. Cette exposition
rendait hommage à l’une des expressions culturelles la plus complète et la plus
fédératrice des peuples du septentrion : la fête. A son tour la notion de fête glorifie et
loue les qualités musicales, les prouesses spectaculaires et, surtout, le poids esthétique
des parures des sonrai, des touaregs, des bellah qui surgissent des millénaires métissages,
artistiques, physiques, historiques, culturels et encore.


Cette exposition rappellait à notre attention ce que ces peuples portent en héritage et
que menacent les velléités seigneuriales de quelques sombres trafiquants de tout poils. En
même temps elle déploie sous nos yeux la richesse et la force du tissage culturel des communautés
sahéliennes.


« Quand le nord fête » cela sonne comme une provocation en ces temps tristes que vivent
les communautés du nord. Mais cette belle provocation est pleine de signification et d’enseignement
; Elle rappellait combien douloureux étaient le silence et l’absence de fête dans
cette partie du pays. Ce silence et cette absence qui interdisaient de se faire beau, de séduire
et de vivre comme on l’a fait depuis toujours. Elle disait aussi, en filigrane, la gravité
du déni de la culture et de l’art qui, ici plus que nulle part ailleurs, attestent un métissage
historiquement millénaire des peuples du nord.

 

Costumes et parures de la musique et de la danse du Bèlèdougou en 2012

 

 

 

 


La permanence de la musique dansée est un des aspects les plus importants dans la tradition
des réjouissances au Mali. Inséparables, la musique et la danse sont convoquées tout
le long de la vie des hommes ici : la naissance et le don du nom sont célébrés ; La circoncision
a sa danse et sa musique ; Le mariage est fêté par des danses aux musiques précises
et même la mort est l’occasion de jouer de la musique sur laquelle on peut danser. Si les
réjouissances montrent bien la permanence de la musique et de la danse, il est indéniable
que la tradition costumière de la musique et de la danse a une fâcheuse tendance à
disparaître. Hier, les costumes, les accessoires et les parures d’une danse indiquaient la
singularité de cette danse et de sa musique. Tel modèle de costume, telle parure proclame
l’identité et la distinction de tel musicien ou de tel danseur. Les costumes et les parures
sont utiles à la construction de la musique et à la rigueur de la danse.


Une exposition sur les costumes et les parures de la musique et de la danse du Bélédougou
est une occasion de donner une information sur les éléments qui confèrent à la musique et
à la danse des communautés de cette aire culturelle leur sens patrimonial et leur rigueur
historique.


Les costumes et parures présentés dans cette exposition, outre leur valeur symbolique indiscutable,
portent la marque des enjeux esthétiques en cours, il y a pas si longtemps, dans
certaines contrées du Mali. Elle est la deuxième expositions du Musée Kôrè.

Les racines des instruments et rythmes de musique traditionnelle
et moderne de la région de Ségou (L’exposition inaugurale du Musée Kôrè EN 2011)

 

Le projet d’exposition d’instruments de musique au Musée du Centre Culturel Kôrè (CCK) à Ségou est la première exposition de ce centre.


Pourquoi une exposition sur les instruments pour cette ouverture ? Deux raisons : la place de la musique dans l’histoire de Ségou et l’importance de la musique dans la politique de promotion de la culture locale que met en oeuvre la Fondation Festival sur le Niger.


La région de Ségou dans sa diversité culturelle présente un patrimoine musical riche. Chaque ethnie propose ses productions musicales (rythmes et instruments). La musique intervient dans tous les moments importants de la vie : naissance, travail, mariage, cérémonies religieuses et funéraires...


L’exposition propose de comprendre comment notre musique tient ses notes savantes, gravées à jamais sur la portée et que le musée se charge de faire découvrir aux visiteurs.

Pour contribuer à la reconnaissance, à la préservation et à la valorisation de ce patrimoine musical, le CCK réalise une exposition sur les instruments et les rythmes musicaux traditionnels et modernes de Ségou.


Le Musée du CCK, est un outil de promotion et de valorisation du patrimoine culturel en général et artistique en particulier (musique, danse et marionnette).